crue d'hiver
Crue de la Marne, de l'Yonne et de la Seine
Janvier
2018
Retours aux crues
icon COURS D'EAU
Armançon, Aube, Grand-Morin, Marne, Ornain, Saulx, Seine, Serein, Yonne
icon INDICE DE GRAVITÉ icon

1 malchance sur 100 de se produire chaque année

1 / 3

Janvier - Février 2018

Crues importantes en amont des barrages-réservoirs et de longue durée sur tout le bassin de la Seine.

 

Cours d’eau : Aube, Armançon, Serein, Yonne, Marne, Saulx, Ornain, Seine, Petit Morin, Grand Morin

Villes : Gournay-sur-Marne, Bar-sur-Seine, Troyes, Paris…

Météorologie et hydrologie

Les crues de janvier-février 2018 résultent d’une succession de perturbations hivernales qui touchent l'ensemble du bassin de la Seine dès le mois de décembre 2017. La pluviométrie cumulée au cours des deux mois  est la plus forte enregistrée sur la France au cours de la période 1959-2018.

 

Janvier 2018 est le mois le plus arrosé. Une première vague de précipitations significatives est enregistrée entre le 29 décembre et le 6 janvier (cumuls de 60 à 100 mm), soit l’équivalent d’un mois normal de pluie. On relève 128 mm à Château-Chinon (58) sur les 9 jours, équivalent à la normale du mois de janvier (121 mm), avec un maximum de 29 mm le 3 janvier. Cette vague a généré un premier pic de crue et a fortement contribué à la saturation des sols. La seconde vague de précipitations survient du 15 au 22 janvier, et apporte entre 70 et 130 mm, soit plus d’un mois de pluie. On enregistre 128 mm à Langres (52) au cours des 8 jours, soit davantage que la normale du mois de janvier (80 mm), avec un maximum de 29 mm le 20 janvier. 200 à 300 mm de précipitations se déversent ainsi sur l’amont des bassins de la Seine et de la Marne en janvier, 100 à 200 mm sur leurs parties intermédiaires. C’est en moyenne 2 à 3 fois le cumul mensuel.

Pluviométrie du mois de janvier 2018 sur quelques stations du bassin de la Seine
Pluviométrie du mois de janvier 2018 sur quelques stations du bassin de la Seine
 
meteofrance.fr
meteofrance.fr
 

Cette situation génère deux épisodes de crues, l’un début janvier, l’autre, plus notable, en fin de mois. Les phénomènes sont importants sur la partie amont des bassins (Aisne, Marne, Seine) et se combinent avec les crues plus modérées des affluents aval (Yonne, Grand et Petit Morin). A l’amont des lacs réservoirs, les débits sont largement supérieurs à ceux de juin 2016 ou de mai 2013. Les pointes correspondent en général à des crues de périodes de retour 10 à 50 ans, au-delà sur l’Aube.

 

La crue est moyenne sur l’Yonne, produite principalement par les apports de l’Armançon et du Serein. Elle est importante sur la Marne. On relève le 24 janvier 3.2 m à station de Chamouilley et 3.2 m à celle de Joinville. Le Petit et le Grand Morin ont réagi très vivement accélérant les vitesses de propagation. La crue reste en revanche modérée sur la Saulx et l’Ornain, alors que le Serein dépasse légèrement sa cote de juin 2016 à Beaumont (environ 3 m). La Seine amont et l’Aube connaissent une crue exceptionnelle : 3.75 m à Arcy, 2.70 m (230 m3/s) à Bar-sur-Aube, hauteurs supérieures à l’événement de 1983. Au final, le décalage entre le transfert amont/aval des pointes de crue a permis de limiter l’ampleur de l’événement sur la Seine moyenne et à Paris. Le maximum est observé au pont d’Austerlitz le 29 janvier 2018 (5.88 m).

Conséquences

Plusieurs secteurs de la Marne aval font face à une crue très inhabituelle, avec par exemple le franchissement des ouvrages de protection contre les inondations à Gournay-sur-Marne (93). La longueur des crues et des remontées de nappes causent des pertes agricoles importantes sur l’Aube aval. De nombreux axes de circulation sont coupés dans le département de l’Aube. L’agglomération de Troyes est également affectée.

La Seine à Bar-sur-Seine en janvier 2018
La Seine à Bar-sur-Seine en janvier 2018

 

Quelque 3 400 personnes sont évacuées en Île-de-France, 1 800 ont été privées d’électricité et 700 de chauffage. La Fédération française de l’Assurance estime entre 25 000 et 30 000 le nombre de sinistres occasionnés par cet événement pour un coût compris entre 190 et 300 millions d’euros. Au total, 417 communes seront déclarées en état de catastrophes naturelles à l’échelle du bassin Seine-Normandie (arrêtés du 14 février et du 09 mars 2018).

Gestion

Contrairement à la crue de 2016, les lacs-réservoirs gérés par l’EPTB Seine Grands Lacs ont pleinement joué leur rôle lors de l’événement. L’écrêtement des pointes de crue de la première onde a entraîné le stockage de 225 millions de m³, ce qui a consommé près de 40 % du volume disponible et a généré un abaissement de 45 cm sur la pointe de crue observée à Paris, et 80 cm sur celle de la Marne. La deuxième onde de crue a été écrêtée de quelque 300 millions de m³ ce qui a permis d’abaisser d’environ 65 cm la pointe de crue de la Seine, et de maintenir son niveau en dessous des 6 m à Paris-Austerlitz. Fin janvier, les lacs étaient pleins à 95%, ceux de l’Aube et de la Seine l’étaient complètement. On notera que sur le lac Seine, les débits qui ont transité par le canal d’amenée ont été les plus élevés jamais observés depuis la mise en service de l’ouvrage en 1966.

Débits de la Marne en amont et en aval du lac réservoir lors de la crue de janvier 2018
Débits de la Marne en amont et en aval du lac réservoir lors de la crue de janvier 2018.
 

 

Simulation de l’effet des lacs réservoirs sur la Seine à Paris lors de la crue de janvier 2018
Simulation de l’effet des lacs réservoirs sur la Seine à Paris lors de la crue de janvier 2018.
 

 

Selon la CCR, la gestion des 4 lacs a permis d’éviter 90 millions de dommages assurés. En maintenant le niveau de la Seine sous les 6 m à Paris elle a aussi limité les effets sur les réseaux (CPCU, transports, …).

Sources

  1. Addendum 2018 EPRI bassin Seine-Normandie, DRIEE IdF, 2018.
  2. Inondations : les murettes anti-crues tiennent le choc. 94citoyens.com, 25/01/2018
  3. Gestion des lacs-réservoirs lors de la crue de janvier 2018. EPTB, 2018
  4. Bulletins SPC_SMYL, limnis
  5. Retour d’expérience crues janvier 2018, département de l’Aube (10/ppt)
  6. Crues de janvier et février 2018, chronologie des vigilances.
  7. Premier bilan de la crue de janvier 2018. EPTB Seine Grands Lacs, 8 février 2018
  8. http://www.meteofrance.fr