crue d'éte
Crue de l'Ornain
Août
1972
Retours aux crues
icon COURS D'EAU
Marne, Ornain, Saulx
icon INDICE DE GRAVITÉ icon

1 malchance sur 100 de se produire chaque année

1 / 3

Août 1972

Les orages des 14 et 15 août sont à l’origine d’importants ruissellements, coulées de boue, et crues destructrices dans la région de Bar-le-Duc.

 

Cours d’eau : Notamment le Naveton, la Chée, Saulx, Ornain, et les ruisseaux de Rosières, Resson, Loisey, …

Villes : Hargéville sur Chée, Naives-devant-Bar, Rosière-devant-Bar, Seigneulles, Ligny-en-Barrois, Bar-le-Duc…

Météorologie et hydrologie

Deux phénomènes orageux intenses touchent coup sur coup la région de Bar-le-Duc à la mi-août 1972, entrainant ruissellements, coulées de boue, et crues catastrophiques sur de nombreux torrents et ruisseaux.

Le premier orage se produit dans l’après midi du 14 août. On enregistre 57.7 mm de pluie dont 47.5 mm en 1h20 à Hargéville sur Chée.

Le second se produit l’après midi suivante. Les cumuls de précipitations sont du même ordre mais répartis sur une durée plus longue : 51.4 mm supplémentaires à Hargéville, dont 47.3 mm en 8h30.

Cumul des précipitations (en mm) du 14 août 1972 à 6h UTC au 16 août 1972 à 6h UTC dans la région de Bar-le-Duc.
Cumul des précipitations (en mm) du 14 août 1972 à 6h UTC au 16 août 1972 à 6h UTC dans la région de Bar-le-Duc.
 

Dans l’après midi du 14 août, le débit de la Chée passe de 2.3 à 20 m3/s en 6 heures. Après une décrue dans la nuit et la matinée du 15 août (10 m3/s au plus bas), le second épisode pluvieux le fait remonter à 21 m3/s à 23 heures.

 

Conséquences

Episode du 14 août - Six villages de la Meuse sont ravagés par des ruissellements d’eau et de boue dévalant les coteaux, dont quatre sur le bassin de l’Ornain (Naives-devant-Bar, Rosière-devant-Bar, Hargeville-sur-Chée, Seigneulles) et deux sur le bassin de l’Aisne.  Les maisons sont éventrées, les ponts arrachés, les voitures emportées. Deux personnes meurent noyées.

Episode du 15 août - Après une courte décrue, l’eau remonte rapidement dans les villages déjà sinistrés. Outre de nouveaux ruissellements, plusieurs torrents et ruisseaux du bassin de l’Ornain (le Naveton, la Chée, ruisseaux de Rosières, Resson et Loisey) et l’Ornain lui-même entrent en crue. Les inondations sont catastrophiques sur une trentaine de communes entre Ligny-en-Barrois et les vallées de l’Aire (bassin de l’Aisne) et de la Saulx. Pour la première fois le plan ORSEC est déclenché dans le département de la Meuse. L’armée est mobilisée pour assurer secours et réparations d’urgence.

 

Exemples d’impacts par communes

  • Naives-devant-Bar : une personne est décédée et plusieurs maisons sont endommagées ou détruites ; une classe préfabriquée de l’école communale est déplacée de 7 mètres par le courant ;
Naives-devant-Bar après la crue d’août 1972 (DDE 55 – Album de photographies).
Naives-devant-Bar après la crue d’août 1972 (DDE 55 – Album de photographies).
 
  • Bar-le-Duc : camping dévasté, rues et caves de la partie basse de la ville noyées. La gare SNCF de Bar-le-Duc est submergée de même que tous les postes électriques. Le trafic est perturbé plusieurs jours ;
Gare de Bar-le-Duc pendant la crue d’août 1972 (AD 55)
Gare de Bar-le-Duc pendant la crue d’août 1972 (AD 55)
 
  • Ligny-en-Barrois : un torrent de boue dévale les collines dans l’après midi du 15 août. En quelques minutes les rues sont envahies par les eaux, la boue et divers débris ;
    Ligny (L’Est Républicain, 17 août 1972).
    Ligny (L’Est Républicain, 17 août 1972).
     

     

  • Rosières : maisons fissurées ou effondrées;
Rosières après la crue de 1972 (DDE 55 – Album de photographies).
Rosières après la crue de 1972 (DDE 55 – Album de photographies).
 

Au total, la zone sinistrée est conséquente et représente environ 10% de la surface du département de la Meuse (en incluant le bassin de l’Aire, hors bassin de la Seine). Les dégâts se chiffrent à plus de 20 millions de francs. 60 communes sont déclarées « sinistrées en agriculture ». 40 maisons sont détruites, certaines effondrées après la décrue. 200 familles sont sinistrées.

Le réseau routier est très impacté à l’échelle du département de la Meuse : 7 nationales et 28 départementales sont coupées, ainsi qu’une multitude de chemins vicinaux. L’eau atteint parfois 1.60 m de hauteur sur les voies situées dans les thalwegs, détruisant chaussées et ouvrages d’art, comme entre autres celui de la Chée sur le CD 155 entre Condé et Genicourt.

Sources

  1. DDE 55 – Album de photographies. AD 55.
  2. Revue de presse. Août 1972. AD 55.
  3. http://pluiesextremes.meteo.fr. Cumul des précipitations (en mm) en 2 jours, du 14/08/1972 à 6h UTC au 16/08/1972 à 6h UTC.
  4. DDE Meuse. Inondations des 14 et 15 août 1972. Dommages subis par la voirie nationale. Rapport en date du 3 octobre 1972 (AD55).
  5. DDE Meuse. Inondations des 14 et 15 août 1972. Dommages subis par la voirie nationale. Rapport en date du 18 août 1972 (AD55).