Marion Perney, seconde lauréate du "Prix Georges Emblanc" 2019

Actualité
Marion Perney, seconde lauréate du "Prix Georges Emblanc" 2019
marion_perney_-_pge_2019_ern_2019_06_04_36.jpg

Description

Un prix en hommage à Georges Emblanc

En 2019, pour hommage à Georges Emblanc, personnalité engagée et grand passionné d'environnement, des rivières et de la transmission des connaissances, homme de convictions qui a accompagné pendant des années l'EPTB Seine Grands Lacs, un prix portant son nom a été lancé. Ce prix vise à récompenser des personnes méritantes, qu'il s'agisse d'étudiants ou de professionnels, suivant un master ou cursus équivalent, et ayant rédigé un mémoire de fin d'études portant sur les thématiques inondation/crues et étiage, d'éducation à l'environnement, d'aménagement urbain ou bien encore relatif à la biodiversité et la protection des espaces naturels.

Après avoir examiné toute une série de mémoires reçus, en mai 2019, le jury, composé de représentants de l'EPTB Seine Grands Lacs et de l'ONG ERN France a attribué le premier "Prix Georges EMBLANC pour la Culture du fleuve, la prévention du risque inondation et la biodiversité" à Noémie THOMAS (présentation de son mémoire). Le second prix a été remis à Marion PERNEY pour son mémoire "Résilience d'un territoire inondable - Entre surface et sous-face".

Un mémoire ayant trait à la résilience de certains quartiers de Naples

Si le jury a récompensé ce mémoire, lui attribuant le second prix Georges Emblanc, c'était pour la grande qualité rédactionnelle de l'ouvrage, son esthétique et la faculté d'analyse de la résilience urbaine de certains quartiers de Naples. Le jury a aussi voulu distinguer cette jeune femme parce que l’auteure - cela se ressent à la lecture de ses lignes - s’est littéralement passionnée pour son sujet, avec une envie réelle de trouver des solutions à ce défi extrême d'essayer de combiner - dans l'explosive cité napolitaine - des impératifs parfois contradictoires pour des zones parfois triplement exposées (risque d'éruption volcanique, de submersion, d'inondations par ruissellement ou débordement..). Document parfois technique et pointu sur certains aspects, ce mémoire reste malgré tout accessible à des non-initiés. Il permet au lecteur de se mettre dans la peau d’un aménageur qui voudrait rendre résiliente une zone délaissée et d'en faire une chance pour la ville.

L'auteure a aussi mis en avant l'opportunité de diminuer le risque inondation tout en répondant à d’autres nécessités, en termes de mobilité par exemple, pour créer de nouveaux espaces de loisirs dans les villes ou des activités économiques bénéfiques pour la population : l’exemple du maraichage, des agriculteurs locaux étant susceptibles de s'emparer de ces secteurs inondables et de ces "délaissés" afin d'en faire des lieux de vie et de développement local.

Fortement imprégnée d’une vision d’architecte et d’urbaniste, à travers son travail académique, Marion Perney n’a pas oublié de s’ouvrir à d’autres disciplines ou sujets que ceux de son seul champ d’étude. Elle offre à travers son mémoire et cette lecture, un très beau « voyage » vers l'ailleurs méditerranéen, mais qui fait écho à nos propres préoccupations Françaises, un périple qui ouvre l’esprit et propose au lecteur de formidables pistes de réflexions ainsi qu’un cas d’étude particulièrement inspirant avec ces terres volcaniques en toile de fond !

Une remise des prix organisée lors de la rencontre inter-PAPI

Ce second Prix Georges Emblanc 2019, attribué à Marion Perney pour ses formidables recherches, lui a été remis, ainsi qu'un chèque d'un montant de 300 euros, à l’occasion de la rencontre inter PAPI (Programmes d'Actions de Prévention des Inondations) organisée le 4 juin 2019 à la Maison de l'RATP. Ce prix lui a été remis par Frédéric Molossi, Président de l'EPTB Seine Grands Lacs et Roberto Epple, Président d'ERN France.

Les deux autres lauréats du Prix Georges Emblanc 2019 sont Noémie THOMAS  (1er prix) et Arnaud MANRY (3ème prix) qui font l'objet d'articles distincts sur EPISEINE

Le mémoire de Marion PERNEY est disponible via ce lien : Résilience d'un territoire inondable-entre surface et sous-face