Noémie Thomas, lauréate du premier "Prix Georges Emblanc" 2019

Actualité
Noémie Thomas : lauréate du premier prix Georges Emblanc 2019
Remise du prix Georges Emblanc à Noemie Thomas

Description

Un prix en hommage à Georges Emblanc

En 2018, afin de rendre hommage à Georges Emblanc, chargé de mission pour European Rivers Network France et personnalité engagée qui a accompagné pendant des années l'EPTB Seine Grands Lacs sur les dossiers inondation et les Solutions fondées sur la Nature, il a été décidé d'organiser un prix portant son nom. Ce prix récompense les personnes méritantes (étudiants ou professionnels), qui ont réalisé des travaux universitaires, mémoires de fin d’étude ou travaux de recherche sur un projet éducatif lié aux fleuves, sur la thématique inondation/crues et étiage, ou encore la biodiversité au cours des trois dernières années .

Après avoir sollicité une cinquantaine d’écoles ou universités et des masters spécialisés, une douzaine de candidatures a été reçue puis analysée, puis une sélection des meilleurs mémoires a été soumise au jury. En mai 2019, le jury composé de représentants de l'EPTB Seine Grands Lacs et de l'ONG ERN France a décidé d'attribuer le premier "Prix Georges EMBLANC pour la Culture du fleuve, la prévention du risque inondation et la biodiversité" à Noémie THOMAS, pour son mémoire sur : « L’eau : Outil d’urbanisme pour l’adaptation au changement climatique Exploration dans la Région Grand Est ».

 

Un mémoire de qualité qui associe la thématique de l'eau et de l'aménagement urbain

Travail sérieux et de grande qualité, le mémoire de Noémie Thomas tend à démontrer que l'intégration intelligente de la question de l’eau dans les réflexions d’aménagement urbain peut permettre d’agir efficacement pour le bien-être des habitants et contribuer à leur offrir un meilleur confort de vie, malgré des mutations climatiques et des épisodes caniculaires risquant de se multiplier à l'avenir. La dernière partie du mémoire est consacrée à l’eau, envisagée comme un instrument à déployer au cœur des villes de demain. Un focus est également effectué sur les moyens mis en œuvre dans la région Grand Est pour s'adapter au changement climatique, et des propositions de solutions à apporter pour amplifier ces stratégies locales ou régionales sont renseignées.

Le jury du Prix Georges Emblanc 2019 a voulu récompenser ce travail pour la qualité globale de ce mémoire, pour l'intérêt des sujets traités, mais aussi pour les efforts de pédagogie, qui permettent de comprendre des concepts parfois compliqués pour des non-experts. De plus, ce document peut aussi constituer une sorte de « guide » régionalisé pour les acteurs de la région Grand Est, grâce aux nombreuses informations qu'il comporte sur les aides, dispositifs et dynamiques en place localement autour de la gestion de l'eau, du changement climatique et des stratégies d'aménagement. Surtout, le jury a aussi voulu récompenser certains choix de l'étudiante, qui a par exemple voulu démontrer, que des « Solutions fondées sur la Nature » notamment, des techniques de renaturation, de reméandrage de rivières, ou encore de restauration de la continuité de cours d’eau peuvent être bénéfiques sur différents plans : prévention des inondations, amélioration de la biodiversité, recréations d’espaces de loisirs et bien sûr, atténuation des effets du changement climatique.

 

Une remise des prix organisée lors de la rencontre inter-PAPI

Ce premier Prix Georges Emblanc 2019, attribué à Noémie Thomas pour son excellent travail, lui a été remis avec un chèque d'un montant de 500 euros, à l’occasion de la rencontre inter-PAPI (Programmes d'Actions de Prévention des Inondations) organisée le 4 juin 2019 à la Maison de la RATP. Ce prix lui a été remis par Frédéric Molossi, Président de l'EPTB Seine Grands Lacs.

Aujourd'hui, Noémie Thomas travaille au Parc Naturel Régional des Vosges du Nord, où elle s'occupe notamment des questions de paysages et de préservation du patrimoine naturel et bâti.

Les deux autres lauréats du Prix Georges Emblanc 2019 sont Marion PERNEY (2ème prix) et Arnaud MANRY (3ème prix), qui feront l'objet d'articles distincts.