Inondation par remontée de nappes : pomper sa cave oui, mais pas n’importe comment !

Actualité
Lorsque son sous-sol, son garage semi-enterrés ou sa cave est inondé, le premier réflexe est de pomper, le plus rapidement possible, les eaux stagnantes. Mais pour éviter les désagréments, il convient de respecter quelques règles...
Les Shadocks.jpg

Description

De fortes pluies ou un niveau élevé des cours d’eau peuvent provoquer une hausse du niveau des nappes phréatiques et des inondations des sous-sols, des garages semi-enterrés ou des caves. Pour les habitants, le premier réflexe est de pomper, le plus rapidement possible, les eaux stagnantes. Mais pour éviter les désagréments, il convient de respecter quelques règles...

Quand et à quel rythme pomper ?

Lorsque les infiltrations sont importantes, il n'est pas conseillé de mettre en place un dispositif de pompage dans le sous-sol, car la poussée de l'eau résultant d'une différence de niveau (et donc de pression) entre l'extérieur et l'intérieur du bâtiment peut suffire à faire s'effondrer un mur.

Il est donc préférable d'attendre un départ spontané de l’eau (abaissement du niveau de la nappe) pour permettre à la pression de se rééquilibrer. Surtout, il convient de pomper très lentement, afin de ne pas fragiliser les murs.

Si je pompe dans ma cave pendant 2 heures, et qu’après arrêt du pompage, le niveau d’eau remonte, c’est que je pompe la nappe ! Le pompage est alors inutile et risque de fragiliser les fondations de mon habitation. Je dois attendre que le niveau de la nappe redescende avant de redémarrer mon pompage.

Dans quelles conditions pomper ?

Lorsque les inondations par remontées de nappes sont importantes, il est fréquent d’observer une augmentation des rejets d’eau de pompage dans le réseau d’assainissement (vide-caves, parkings souterrains, etc.). Mais les capacités du réseau sont limitées, surtout si la pluviométrie est importante. Aussi, il est essentiel de respecter les consignes des gestionnaires de réseaux d’assainissement (communes, intercommunalités, syndicats, Conseils départementaux), notamment la nécessité d’interrompre le pompage à l’annonce d’une pluie, l’objectif étant d’éviter une sur-inondation liée au débordement des réseaux d’assainissement.

Certains appareils, utilisés pendant et après une inondation, sont susceptibles d’émettre du monoxyde de carbone, un gaz mortel, invisible, inodore et non irritant. C’est le cas des pompes mobiles utilisées pour le pompage des caves, sous-sols et parkings. Pour limiter le risque d’intoxication au monoxyde de carbone, il convient de placer impérativement les pompes mobiles, tout comme les groupes électrogènes, à l’extérieur des bâtiments. Les systèmes de ventilation doivent être en bon état de fonctionnement et il ne faut jamais boucher les entrées et sorties d’air.

 

En conclusion, pour pomper sa cave en toute sécurité, mieux vaut-il savoir patienter !

Pour en savoir plus sur les inondations par remontée de nappe phréatique, vous pouvez consulter :