Etude du site pilote de La Bassée

2016
Référent(s)
Pascal LAUGIER
Aurélie PAINDAVOINE
Organisme(s) Pilote(s)
EPTB Seine Grands Lacs
Retour d'expérience

Etude relative au projet du site  pilote de la Bassée.

La bassée - site pilote : casier A

Contexte et objectif

A la suite de la crue de janvier 1982 qui avait failli entraîner l’inondation de la ligne C du RER et engendré de nombreux désordres en grande couronne, des groupes de réflexion ont été mis en place par le préfet de la région Ile-de-France afin de compléter le dispositif existant de protection contre les inondations sur le bassin de la Seine. Ce dispositif, efficace mais insuffisant pour des crues de grande ampleur, est composé des 4 lacs-réservoirs gérés par l’EPTB, des zones naturelles d’expansion des crues encore fonctionnelles sur le bassin et des protections locales.

Les études réalisées par l’Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine, entre 1995 et 2000 ont permis d’identifier trois types d’aménagements : des barrages sur des affluents de l’Yonne, plusieurs dizaines de zones de ralentissement dynamique sur l’ensemble du bassin de l’Yonne, et le projet d’aménagement d’espaces endigués dans la Bassée, situé dans la vallée de la Seine à l’amont immédiat de la confluence Seine-Yonne.

L’étude comparative entre les différents scénarios a montré l’intérêt de réaliser en priorité les espaces endigués sur la Bassée pour réduire le risque inondation en région Île-de-France. Le projet d’aménagement de la Bassée se compose d’un ensemble de dix espaces endigués (autrement appelés casiers ou zones de rétention des crues). Suite au débat public, il a été décidé de commencer par l’expérimentation préalable d’un premier site pilote.

L’opération de site pilote de la Bassée est inscrite au PAPI de la Seine et de la Marne franciliennes labélisé le 19 décembre 2013.

L’objectif de cette action consiste à réaliser les études de conception et les études d’impact préalables à l’enquête publique.

Méthodologie

Le projet global a été concerté avec le territoire dès 2000, dans le cadre d’une étude globale pour évaluer la faisabilité de cet aménagement.
L’EPTB Seine Grands Lacs a ensuite présenté et soumis le projet d’aménagement de la Bassée au débat public, organisé par la Commission nationale du débat public (CNDP) de novembre 2011 à février 2012.
A l’issue de ce débat, se basant sur le bilan de la CNDP et les échanges avec le public, l’EPTB a retenu la proposition de procéder à l’expérimentation préalable d’un casier et d’en tirer les enseignements. Cette opération aura un caractère fortement innovant, et en particulier le site pilote permettra de confirmer les coûts d’investissement et d’exploitation, avec un retour d’expérience précis sur les conditions d’indemnisation des servitudes de sur-inondation, et des coûts de remise en état du site et de l’ouvrage en cas de stockage d’une crue. L’expérimentation permettra également de préciser les incidences du stockage sur l’environnement et en particulier de développer et d’assurer le suivi des mesures de valorisation écologique. Enfin, ce premier site pilote permettra de cerner les nuisances potentielles locales (bruit des pompes, prolifération de moustiques, etc.) et les mesures permettant de les réduire.

Description de l’action

Le projet de la Bassée consiste à retenir les eaux de la Seine au moment du passage de la crue de l’Yonne en pompant et stockant dans des casiers l’eau de la Seine au moment du pic de crue. Cet aménagement serait constitué d’unités de stockages remplies par pompage lors de fortes crues. Le projet est délimité sur 2 300 hectares d’aires de sur-stockage au plus près de la confluence, le volume stockable est de 55 millions de m3. La gestion de l’ouvrage est basée sur une prévision faite en temps réel fixée à 3 jours pour les crues de l’Yonne et de la Seine. L’ouvrage serait utilisé en moyenne tous les 5 à 6 ans pendant 2 à 2,5 semaines.

Moyens

Le montant global du programme d’études et de reconnaissances est fixé à 8.5 M€TTC.

Évaluation

Les études hydrauliques basées sur des crues historiques ont montré que le projet global permettrait d’abaisser le niveau de la Seine en période de crue de 20 à 50 cm suivant le type de crue, avec une moyenne de 35 cm à Montereau et de 25 cm à Paris. Le site pilote permettrait quant à lui d’abaisser les niveaux d’eau de 6 cm à Paris et de 8 cm à Montereau en moyenne.
Les analyses coût-bénéfice indiquent qu’1€ dépensé génère 2.3 € de dommages évités pour le site pilote

Retours d'expériences similaires