Mon entreprise et les inondations : Que dois-je retenir ?

Actualité
En Île-de-France, 60 000 entreprises pourraient être directement inondées en cas de crue majeure et près de 100 000 entreprises supplémentaires pourraient subir des interruptions de fonctionnement des réseaux.
mon_entreprise_et_les_indondations.png

Description

Des entreprises franciliennes très vulnérables au risque d’inondation

L’activité d’une entreprise peut être stoppée temporairement voire définitivement, même si elle n’est pas localisée en zone inondable :
  • Des problèmes de transports peuvent par exemple empêcher les employés de se rendre au travail, ou retarder les délais de livraison. 
  • Des coupures de réseaux (électricité, télécommunications - internet, eau potable, chauffage, assainissement…) peuvent obliger l’entreprise à stopper sa production et/ou son activité. 
  • Si des fournisseurs ou des sous-traitants se retrouvent inondés, cela peut également mettre en péril l’activité de l’entreprise.
Les TPE/PME, qui représentent une large majorité des entreprises franciliennes, sont particulièrement vulnérables au risque d’inondation. Faute de moyens humains et financiers, elles sont bien souvent moins sensibilisées et moins préparées à ce type de d’évènement que les grands groupes.

Que faire à minima pour réduire ma vulnérabilité si je suis une entreprise ?

Si vous n’avez que peu de temps à consacrer à ce sujet, nous vous invitons à :
 

1. Vous renseigner pour savoir si votre entreprise se situe ou non en zone inondable, en contactant votre mairie ou en allant sur Cartoviz.

2. Vérifier votre contrat d’assurance : avez-vous une garantie contre les pertes d’exploitation ? Avez-vous actualisé le montant des biens garantis ? 

Une couverture assurantielle couvre les pertes des biens déclarés par l’entreprise et endommagés directement par l’eau. Mais elle ne couvre pas automatiquement les pertes d’exploitation liées à des impacts indirects, comme une coupure d'électricité par exemple. 

N’oubliez pas d’actualiser régulièrement le montant de vos biens assurés auprès de votre assurance, car c’est sur cette base que vous serez indemnisé en cas de sinistre.

illustration 2
 
 

3. Connaitre les moyens d’information et d’alerte en cas de crue : votre mairie, votre Préfecture, le site Internet Vigicrues, la radio (France Bleu), etc. 

Quels outils opérationnels mobiliser si je souhaite aller plus loin dans ma démarche ? 

Pour vous préparer au mieux à faire face à la prochaine inondation, vous pouvez :
 
1. Réaliser (ou faire réaliser via un prestataire spécialisé) un diagnostic de vulnérabilité qui vous permettra notamment de définir :
  • la hauteur d’eau potentielle et les points d’entrée d’eau dans votre bâtiment ;
  • les impacts potentiels directs et indirects sur vos outils de travail et votre activité ;
  • les mesures structurelles (achat de matériel, protection ou déplacement d’installations sensibles, création de zone de stockage, etc.) et organisationnelles (procédure de veille, création d’une cellule de crise, formation d’agents, etc.) à mettre en place en fonction d’une analyse coût-bénéfice. 
Un outil d’autodiagnostic de vulnérabilité conçu par l’Etat sera disponible prochainement.
 
2. Réaliser un plan de continuité d’activité (PCA) qui vous permettra de maintenir l’activité de votre entreprise en "mode dégradé" et revenir à la normale le plus rapidement possible. 
Ce plan pourra vous être utile pour une inondation comme pour d’autres risques (incendie, tempête, épidémie…).
Illustration 3.jpg
 

 

Pour le concevoir, il faut :
  • définir les missions/activités stratégiques à maintenir : la production doit continuer à être assurée, alors que la prospection peut être stoppée ponctuellement, par exemple ;
  • déterminer les ressources indispensables au maintien de ces missions : qui ? où ? comment ?
  • organiser le PCA : trouver un site de repli, prévoir du télétravail, envisager une alimentation électrique autonome, etc.
Une fois le PCA réalisé, il est essentiel de le faire vivre et de le tester le plus régulièrement possible en réalisant des petits entrainements. Enfin, après le déclenchement du PCA, il est important de réaliser un retour d’expérience : analyser ce qui a fonctionné et ce qui doit encore être amélioré. 

1- Pour plus d’informations sur le PCA, rendez-vous sur le site de l’EPTB Loire.

2- Un guide méthodologique d’élaboration du PCA  est disponible sur le site du gouvernement.