Comment préparer un plan de sauvegarde des biens culturels ?

Actualité
Un Plan de Sauvegarde des Biens Culturels (PSBC) permet d’anticiper et de se préparer à faire face aux premiers instants d’un évènement catastrophique sur un Établissement culturel.
20190613_152640.jpg

Description

Une élaboration nécessitant une implication de tous

L’élaboration d’un PSBC est un processus complexe devant être chapoté par un Comité « plan de sauvegarde » incluant la Direction et des représentants des différents services de l’Établissement. Ce travail transversal est indispensable, de l’analyse des risques à la mise en place d’exercices pour tester ses procédures.

Chaque service doit être en mesure de mesurer les conséquences de l'aléa considéré sur son activité, sur les équipements techniques et biens patrimoniaux ou culturels dont il a la charge. L'ensemble de ces impacts sont ensuite considérés pour déterminer la stratégie de mise en sécurité la plus adaptée au regard de la sensibilité des biens ou des missions. Des arbitrages sont alors nécessaires, raison pour laquelle la Direction doit être impliquée dans la validation de la stratégie. Par la suite la stratégie choisie est précisément planifiée et formalisée dans le PSBC.

Il est également important qu’un planning des séances de travail soit fixé afin de rythmer l’avancement du PSBC. Sans cette planification, c’est un travail qui est trop souvent « noyé » dans les actions quotidiennes et peut durer des années avant d’être opérationnel.

Une méthodologie phasée

Pour rédiger son plan de sauvegarde, il convient de réaliser les grandes étapes suivantes.

  • Désigner un ou plusieurs référents et définir des groupes de travail ;
  • Analyser les risques encourus par l’établissement par aléa ;
  • Identifier les biens culturels vulnérables face aux risques définis ;
  • Répertorier les moyens humains et matériels disponibles en interne et en externe ;
  • Prioriser la protection des biens culturels ;
  • Déterminer des lieux de repli pour les biens à évacuer ;
  • Organiser la protection et l’évacuation des biens culturels ;
  • Formaliser et valider les documents du PSBC.

Afin de faciliter le déploiement de son plan de sauvegarde en cas de sinistre, il est essentiel que ce plan soit composé de documents opérationnels. Il doit ainsi comprendre des fiches réflexes indiquant les actions à mener face à un évènement (par qui, comment, en combien de temps), des listes (matériels, personnels, priorisation des biens culturels) ou encore des plans de l’Établissement, des sites de repli et des circuits d’évacuation.

Un plan spécifique à chaque site

Il n’existe pas de Modèle Type pour réaliser son plan de sauvegarde. Chaque établissement, de par les biens culturels qu’il héberge, la configuration des lieux et son mode de fonctionnement, doit mener sa propre réflexion pour adapter et formaliser son plan de sauvegarde le plus adapté. Cependant la note du 10 Juin 2016 de la Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la Culture détaille chaque étape de l'étude et les documents que doit contenir un PSBC.

Un document qui doit vivre

Ce document doit être considéré comme un outil vivant à vocation opérationnelle. De ce fait, il demeure essentiel de l’actualiser régulièrement, notamment en fonction de l’évolution du volume des biens culturels exposés et stockés par l’établissement et des changements au sein des équipes. Il doit aussi être testé au travers d’exercices sur table et sur le terrain. Enfin, les agents intervenants lors de sa mise en œuvre doivent être formés et sensibilisés aux missions à réaliser le cas échéant.