La crue de janvier 2018

Actualité
La crue de janvier 2018 a été un évènement exceptionnel de par son intensité et sa durée.
Zouave du pont de l'Alma pendant la crue de janvier 2018

Description

Une pluviométrie intense

La pluviométrie intense du mois de janvier 2018 a représenté l’équivalent de deux à trois mois de pluie s’abattant sur l’ensemble du bassin versant de la Seine en deux épisodes majeurs qui se sont succédés très rapidement.

  • Un premier épisode pluvieux du 29 décembre 2017 au 5 janvier 2018 a représenté l’équivalent d’un mois de pluie, et a généré un intense pic de crue se propageant sur tout le bassin. Les lacs ont stocké l’excédent de débit, conformément aux règles de gestion et ont ainsi permis de réguler le débit à l’aval en dérivant jusqu’à 510 m³/s cumulés sur les 4 lacs-réservoirs. L’écrêtement des pointes de crue par les lacs-réservoirs a entraîné le stockage de 225 millions de m3, ce qui a consommé près de 40 % du volume disponible dans les lacs-réservoirs au début de la crue.
  • Alors que la propagation de cette première onde de crue était encore en cours, une deuxième vague de précipitations est survenue sur la période du 15 au 22 janvier 2018 sur des sols totalement saturés, générant ainsi une deuxième onde de crue. En amont des lacs-réservoirs, les débits atteints alors ont été largement supérieurs aux débits de juin 2016 et de mai 2013. Pour ce second pic de crue, les lacs-réservoirs ont de nouveau dérivé et stocké une part très importante des débits amont, jusqu’à 560 m³/s cumulés. Les pointes de cet événement correspondent à une crue de période de retour 10 ans sur la Marne, la Blaise et l’Yonne, et jusqu’à plus de 50 ans sur la Seine et l’Aube. Cette deuxième onde de crue a été écrêtée par les lacs réservoirs, représentant un stockage supplémentaire de 300 millions de m³ et conduisant à la saturation des lacs-réservoirs Seine et Aube.

Le volume total stocké lors de ces deux épisodes de crue a ainsi atteint plus de 525 millions de m3.

A titre de comparaison avec deux crues récentes, lors de l’épisode de crue de 2013, les 3 lacs de Champagne étaient arrivés à saturation, stockant un total de 100 millions de m3 et dérivant un débit maximum de 290 m3/s les 6 et 7 mai 2013. Sur l’épisode de crue de juin 2016, les lacs-réservoirs ont stocké 40 millions de m3 et dérivé un débit maximum de 68 m3/s le 3 juin 2018.

Devant la montée rapide des débits et considérant les prévisions de pluviométrie annoncées pour les prochains jours, des dérogations ont été accordées par les autorités préfectorales afin d’augmenter temporairement les débits de référence sur la Marne, l’Aube et la Seine. Ces dérogations ont permis de retarder le plus possible la saturation des lacs-réservoirs Seine et Aube, afin d’atténuer au mieux la pointe de crue.

L’effet des lacs a généré un abaissement estimé à 65 cm sur la pointe de crue de la Seine, ce qui a permis de maintenir les niveaux de la Seine à Paris-Austerlitz en dessous des 6 m, et d’éviter notamment de nombreux dommages sur les réseaux.

Cette crue hivernale pourtant habituelle à cette période de l’année n’en demeure pas moins exceptionnelle par son intensité et sa durée. La saturation de deux réservoirs et l’importance du volume surstocké représentant une forte vulnérabilité pour les territoires en cas de survenue d’une nouvelle crue (même d’intensité moindre), une phase de délestage a été engagée à la suite de la crue. Afin de recréer la capacité d’écrêtement des lacs-réservoirs, une partie du volume surstocké a ainsi été relâchée progressivement, en accompagnant la décrue, pour un retour sur les objectifs de gestion le 26 février 2018 à Pannecière, le 7 mars 2018 sur les lacs Aube et Marne, et le 27 mars 2018sur Seine.

La gestion globale du stockage et du déstockage sur les quatre lacs-réservoirs début 2018

Le graphique suivant représente le volume de remplissage cumulé des quatre lacs-réservoirs, comparé au volume de remplissage théorique. Le stockage sur deux crues successives de plus 225 millions de m³ puis 300 millions de m³ a abouti à un très net surstockage dans les retenues (411 millions de m³ d’écart avec les objectifs de gestion théorique au 29 janvier 2018). Le déstockage a été fortement différé (soit environ 10 à 15 jours après la pointe de crue) et a été contrarié à plusieurs reprises par des précipitations encore abondantes et très réactives, tombant sur des sols encore saturés, nécessitant le redémarrage des prises à deux reprises.

Ce n’est que le 1er avril 2018 que le retour sur les objectifs de gestion théorique est généralisé. Le volume total cumulé dans les retenues atteint alors 674 millions de m3 (84 % de la capacité normale).

Volumes cumulés des lacs Marne, Seine, Aube et Pannecière
Volumes cumulés des lacs Marne, Seine, Aube et Pannecière - Novembre 2017 à Avril 2018
 

 

Niveau de la seine au pont d'Austerlitz à Paris
Niveau de la Seine au pont d'Austerlitz à Paris : comparaison avec (bleu) et sans l’action des lacs (rouge)