Episeine

SNCF Réseau face au risque d’inondation

En région Ile-de-France, comme sur d’autres territoires, le réseau SNCF est vulnérable au risque d’inondation.

Un réseau francilien très vulnérable

Le réseau ferré s’est développé historiquement le long des cours d’eau, ces zones présentant des terrains plats permettant de faciliter la construction des voies de chemin de fer.

La région Ile-de-France constitue le point de rencontre d’importants cours d’eau (la Seine, la Marne, l’Oise, etc.) et présente un réseau extrêmement dense (6200 trains circulent sur un réseau de 12 080km de voie et 3 millions de franciliens empruntent chaque jour 14 lignes SNCF).

Un plan d’actions pour limiter les dégâts

Pour limiter les dégâts potentiels causés par les inondations de la Seine et de ses affluents, la SNCF s’est doté de plans de continuité d’activité appliqués progressivement en fonction de la montée du niveau des eaux (veille renforcée, mobilisation d’agents, fermeture de bouches d’aération, mise en place de batardeaux, arrêt de la circulation, déplacement d’infrastructures, etc.).

Ces plans d’actions ont deux objectifs principaux :

  • assurer la sécurité des personnes et permettre autant que possible la poursuite de l’exploitation,
  • protéger le réseau et ses infrastructures pour une reprise plus rapide de son activité après la décrue.

La fermeture du RER C lors des crues de la Seine

Le RER C traverse Paris en longeant la Seine. La ligne se situe au niveau du fleuve ce qui la rend très vulnérable à la montée des eaux et à la remontée de nappe.

Dès que la Seine atteint 5 mètres à l’échelle de Paris Austerlitz, SNCF Réseau ferme les bouches d’aération du tunnel et se voit dans l’obligation d’arrêter la circulation du tronçon central du RER C.

Les raisons de la fermeture du RER C ©SNCF
Les raisons de la fermeture du RER C ©SNCF
 

 

En 2016 comme en 2018, le niveau de la Seine ayant dépassé les 5 mètres à Paris Austerlitz, le tronçon central du RER C a été fermé.

Les équipes de la SNCF étaient pleinement mobilisées.

RER C fermé à cause de la crue ©LeParisien - Matthieu De Martignac
Mots-Clés: 
Type d'article: 
Auteur: 

Inondations dans l'Aude

Les inondations dans l’Aude coïncident avec notre campagne de sensibilisation aux risques d’inondation en Ile-de-France : EPISEINE suspend la campagne en cours, par solidarité avec les victimes et leurs proches.

Ce lundi 15 octobre 2018, les inondations tragiques de l’Aude ont malheureusement coïncidé avec le lancement d’une campagne de sensibilisation aux risques d’inondation en Ile-de-France par EPISEINE. Par respect pour les victimes et leurs proches, nous l’avons bien entendu aussitôt suspendue considérant que son ton n’était pas approprié aux circonstances.

En Ile-de-France, les crues lentes de la Seine et de la Marne ne sont pas de même nature que les inondations rapides et violentes du Sud de la France.

Elles n’en sont pas moins catastrophiques par leur ampleur et leur durée, et c’est bien pour minimiser leurs conséquences qu’EPISEINE s’est fixé trois objectifs prioritaires :

  • Préparer les Franciliens à la survenue d’une crue majeure par la Seine et par la Marne,
  • Faire apprendre par le plus grand monde les comportements et les gestes qui sauvent,
  • Promouvoir la solidarité entre voisins.

Au lendemain de cet épisode dramatique, le slogan d’EPISEINE reste particulièrement d’actualité : Serez-vous prêt pour la prochaine inondation ?

Logo EPISEINE noir et blanc
Risque(s): 
Localisation(s): 
Catégorie: 
Type d'article: 
Auteur: 

EPISEINE ENTRE EN SCèNE !

Serez-vous prêt pour la prochaine inondation ? La campagne 2018 d'EPISEINE vous aide à faire le point.

Pour sa première campagne de communication à destination du grand public, EPISEINE dédramatise ce thème très sérieux en misant sur l’humour.

Illustration "Quelle taille devrait avoir sa bouée si votre RER prenait un bain ?"
Illustration "Quelle taille devrait avoir sa bouée si votre RER prenait un bain ?"
 

Les grandes crues de la Seine et de ses affluents peuvent avoir un impact très fort sur les biens, les transports, la vie personnelle et professionnelle des Franciliens. Mais la plupart d’entre eux l’ignorent.

EPISEINE a donc été conçu pour les sensibiliser à ce risque, leur faire découvrir tous les bons conseils capables d’en minimiser les conséquences et leur permettre de faire vivre la solidarité entre voisins en les préparant le mieux possible à la survenue de la prochaine inondation.

Encore faut-il bien sûr qu’ils connaissent le dispositif EPISEINE…

Première du genre, principalement organisée sur Facebook et Instagram et via les réseaux de voisinage de proximité, la campagne intitulée « Serez-vous prêt pour la prochaine inondation ? » vise cet objectif. Pour y parvenir, elle utilise un vecteur inattendu pour un sujet aussi anxiogène : l’humour.

Illustration "Comment rester zen quand tout prendre l'eau ?"
Illustration "Comment rester zen quand tout prend l'eau ?"
 

Si les grandes crues sont susceptibles d’impacter directement ou indirectement tous les Franciliens, rares sont ceux en effet qui s’intéresseraient spontanément au sujet. Il fallait donc les y amener par un autre moyen…

Nous avons choisi une approche à la fois intrigante et décalée : des illustrations et des courtes vidéos un peu loufoques qui, en les sensibilisant sans en avoir l’air, les conduisent à un quizz, lequel les amène à consulter notre plateforme collaborative episeine.fr.

La campagne est soutenue par plusieurs partenaires : la Croix-Rouge française, la Mairie de Paris, le CASVP (Centre d’Action Social de la Ville de Paris), la start-up Smiile, et l’association Voisins solidaires.

Avec la notoriété à la clé pour le dispositif EPISEINE ? L’avenir nous le dira. A suivre pour les premiers résultats…

photo_principale_actu_campagne.png
Public(s) cible(s): 
Risque(s): 
Localisation(s): 
Sources: 

Pour accéder à la page dédiée à la campagne grand public, c'est ici.

Pour découvrir la campagne entreprises, c'est ici.

Catégorie: 
Type d'article: 
Auteur: 
Documents: 
Kit de communication complet à diffuser

L’essentiel à savoir en 5 questions !

Est-ce que je peux être touché•e par la prochaine inondation ? Quelles peuvent-être les conséquences pour mon entourage ? Combien de temps ai-je pour me préparer ? Que dois-je faire et où puis-je aller ? Pour avoir des réponses, faites le test !

Ce quiz vous a plu ? N’hésitez pas à le partager autour de vous via les réseaux sociaux !

Vous pouvez également nous contacter pour obtenir les codes qui vous permettront de le modifier et de l’intégrer directement à votre propre site internet.  

Image couverture - quiz particulier
Public(s) cible(s): 
Risque(s): 
Localisation(s): 
Profil: 
Catégorie: 
Type d'article: 
Auteur: 
Episeine Game: 
Papi Quiz Voisins

Entreprises : 5 infos-clés à connaitre sur les inondations

Vous avez une entreprise, et vous vous posez des questions sur le risque inondation ? Trouvez vos réponses !

Mon entreprise est-elle menacée par une crue ? Combien de temps l’eau peut-elle rester dans mon bâtiment ? Mon activité est-elle correctement assurée pour faire face à une inondation ? Pour avoir des réponses à vos questions, faites le test !

Ce quiz vous a plu ? N’hésitez pas à le partager autour de vous via les réseaux sociaux !

Vous pouvez également nous contacter pour obtenir les codes qui vous permettront de le modifier et de l’intégrer directement à votre propre site internet.

mon_entreprise_et_les_indondations.png
Profil: 
Catégorie: 
Type d'article: 
Auteur: 
Episeine Game: 
Papi Quiz Entreprises

Mon entreprise et les inondations : Que dois-je retenir ?

En Île-de-France, 60 000 entreprises pourraient être directement inondée en cas de crue majeure et près de 100 000 entreprises supplémentaires pourraient subir des interruptions de fonctionnement des réseaux.

Des entreprises franciliennes très vulnérables au risque d’inondation

L’activité d’une entreprise peut être stoppée temporairement voire définitivement, même si elle n’est pas localisée en zone inondable :
  • Des problèmes de transports peuvent par exemple empêcher les employés de se rendre au travail, ou retarder les délais de livraison. 
  • Des coupures de réseaux (électricité, télécommunications - internet, eau potable, chauffage, assainissement…) peuvent obliger l’entreprise à stopper sa production et/ou son activité. 
  • Si des fournisseurs ou des sous-traitants se retrouvent inondés, cela peut également mettre en péril l’activité de l’entreprise.
 
Les TPE/PME, qui représentent une large majorité des entreprises franciliennes, sont particulièrement vulnérables au risque d’inondation. Faute de moyens humains et financiers, elles sont bien souvent moins sensibilisées et moins préparées à ce type de d’évènement que les grands groupes.

Que faire à minima pour réduire ma vulnérabilité si je suis une entreprise ?

 
Si vous n’avez que peu de temps à consacrer à ce sujet, nous vous invitons à :
 

1. Vous renseigner pour savoir si votre entreprise se situe ou non en zone inondable, en contactant votre mairie ou en allant sur Cartoviz.

2. Vérifier votre contrat d’assurance : avez-vous une garantie contre les pertes d’exploitation ? Avez-vous actualisé le montant des biens garantis ? 

Une couverture assurantielle couvre les pertes des biens déclarés par l’entreprise et endommagés directement par l’eau. Mais elle ne couvre pas automatiquement les pertes d’exploitation liées à des impacts indirects, comme une coupure d'électricité par exemple. 

N’oubliez pas d’actualiser régulièrement le montant de vos biens assurés auprès de votre assurance, car c’est sur cette base que vous serez indemnisé en cas de sinistre.

illustration 2
 
 

3. Connaitre les moyens d’information et d’alerte en cas de crue : votre mairie, votre Préfecture, le site Internet Vigicrues, la radio (France Bleu), etc. 

Quels outils opérationnels mobiliser si je souhaite aller plus loin dans ma démarche ? 

 
Pour vous préparer au mieux à faire face à la prochaine inondation, vous pouvez :
 
1. Réaliser (ou faire réaliser via un prestataire spécialisé) un diagnostic de vulnérabilité qui vous permettra notamment de définir :
  • la hauteur d’eau potentielle et les points d’entrée d’eau dans votre bâtiment ;
  • les impacts potentiels directs et indirects sur vos outils de travail et votre activité ;
  • les mesures structurelles (achat de matériel, protection ou déplacement d’installations sensibles, création de zone de stockage, etc.) et organisationnelles (procédure de veille, création d’une cellule de crise, formation d’agents, etc.) à mettre en place en fonction d’une analyse coût-bénéfice. 
Un outil d’autodiagnostic de vulnérabilité conçu par l’Etat sera disponible courant octobre 2018.
 
2. Réaliser un plan de continuité d’activité (PCA) qui vous permettra de maintenir l’activité de votre entreprise en mode dégradé et revenir à la normale le plus rapidement possible. 
Ce plan pourra vous être utile pour une inondation comme pour d’autres risques (incendie, tempête, épidémie…).
Illustration 3.jpg
 

 

Pour le concevoir, il faut :
  • définir les missions/activités stratégiques à maintenir : la production doit continuer à être assurée, alors que la prospection peut être stoppés ponctuellement, par exemple ;
  • déterminer les ressources indispensables au maintien de ces missions : qui ? où ? comment ?
  • organiser le PCA : trouver un site de repli, prévoir du télétravail, envisager une alimentation électrique autonome, etc.
 
Une fois le PCA réalisé, il est essentiel de le faire vivre et de le tester le plus régulièrement possible en réalisant des petits entrainements. Enfin, après le déclenchement du PCA, il est important de réaliser un retour d’expérience : analyser ce qui a fonctionné et ce qui doit encore être amélioré. 
mon_entreprise_et_les_indondations.png
Profil: 
Sources: 

1- Pour plus d’informations sur le PCA, rendez-vous sur le site de l’EPTB Loire.

2- Un guide méthodologique d’élaboration du PCA  est disponible sur le site du gouvernement.

Catégorie: 
Type d'article: 
Auteur: 

Risque inondation : Mobilisons les voisins !

Retour sur la campagne de sensibilisation au risque inondation réalisée en 2016 par l'EPTB Seine Grands Lacs

Le 13 octobre 2016, à l’occasion de la journée internationale de prévention des catastrophes naturelles organisée par l’ONU, l’EPTB Seine Grands Lacs a lancé l’opération « Risque inondation : tous concernés, tous préparés ! ».

Si, au quotidien, chacun peut avoir besoin d’aide et se rendre service entre voisins, cela est d’autant plus vrai en cas de catastrophes comme les inondations. En Ile-de-France, les inondations sont particulièrement longues : l’eau peut rester plusieurs semaines voire plusieurs mois sur notre territoire et impacter très largement la vie quotidienne des Franciliens. Que nous vivions ou travaillons en zone inondable ou pas, de par notre dépendance au bon fonctionnement des réseaux (électricité, transports, eau potable, déchets, télécommunication…), nous sommes tous vulnérables.

Et, en cas de catastrophes, les autorités s’occuperont en priorité des personnes les plus vulnérables. La solidarité et l’entraide entre voisins se doit aussi d’être largement encouragée !

En partenariat avec l’association Voisins Solidaire, la start-up SMIILE et le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris, plusieurs milliers de kits de communication ont été déployés pour faire des voisins des relais d’information et de sensibilisation sur ce sujet.

mobilisons_les_voisins_2016.png
Public(s) cible(s): 
Risque(s): 
Localisation(s): 
Profil: 
Catégorie: 
Type d'article: 
Auteur: 

Mettre en scène les crues de la Seine

L’EPTB Seine Grands Lacs, à travers le dispositif EPISEINE souhaite défendre et si possible promouvoir des initiatives artistiques originales, décalées, novatrices… permettant de sensibiliser par des moyens ludiques et créatifs.

Une communication trop institutionnelle peu manquer sa cible - en particulier dans le domaine du risque inondation, thématique méconnue et potentiellement anxiogène. L’EPTB Seine Grands Lacs, à travers le dispositif EPISEINE souhaite défendre et si possible promouvoir des initiatives artistiques originales, décalées, novatrices… permettant de sensibiliser par des moyens ludiques et créatifs.

Les initiatives pourront être plastiques, visuelles ou même sonores… s’appuyer sur du spectacle vivant (mime, théâtre, danse…), des installations d’outils numériques, temporaires ou non, dans l’espace public, des performances associant les populations… L’objectif est de fédérer à travers un événement, et de toucher des publics nouveaux, au-delà des cercles habituels de diffusion de la sensibilisation.

Le biais du spectacle artistique permet de réduire les phénomènes de déni et d’évitement qui peuvent entraver la sensibilisation au risque. Par ailleurs, le caractère artistique ou inattendu suscite souvent l’intérêt des médias, créant du buzz, voire de la viralité, pour enclencher ainsi un cercle vertueux d’intérêt pour la problématique.

La réussite de ce genre d’opération nécessite de partir du vécu des habitants, par une approche territorialisée et co-construite avec des acteurs locaux. Les collectivités territoriales et acteurs qui seraient intéressés pour monter de telles initiatives ou qui ont déjà organisé des projets de ce type peuvent prendre l’attache de l’équipe EPISEINE. Le montage de ce genre de projet peut faire l’objet d’actions pilotes et de soutiens techniques concernant les messages de sensibilisation. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos retours d’expériences sur ces modes de communication.

 

Exposition objets flottants Rhones ©AFP
Catégorie: 
Mots-Clés: 
Type d'article: 
Auteur: 

Etude d’évaluation de la culture du risque et préconisations pour la mise en œuvre du PAPI francilien

Titre court: 
Evaluation de la culture du risque inondation
Contexte et objectif: 

Si l’agglomération parisienne est le territoire français le plus exposé aux inondations, ses habitants s’avèrent très peu sensibilisés à ce risque. Le désintérêt du grand public pour le sujet des risques en général est certain. L’absence de crues majeures depuis plusieurs décennies avait contribué à effacer la mémoire de leur réalité. Les crues répétées de 2016 et 2018, de faible ampleur dans la zone urbaine dense, ont néanmoins marqué les esprits.
Cette étude s’inscrit dans le PAPI (Programme d’actions de prévention des inondations) de la Seine et de la Marne franciliennes. L’un des trois objectifs de ce PAPI est l’accroissement de la culture du risque inondation auprès des populations situées en zone inondable. Or, pour atteindre cet objectif et ainsi contribuer à réduire la vulnérabilité  du bassin de la Seine, une compréhension suffisamment fine du territoire est indispensable. Aussi, cette étude vise à apprécier l’état de la culture du risque inondation des franciliens (phase 1) et à formuler des recommandations permettant de sensibiliser le plus efficacement possibles les différents acteurs à un tel risque (phase 2).

Méthodologie : 

Après s’être réunis plusieurs fois en groupe de travail, les départements membres, les partenaires et l’EPTB Seine Grands Lacs ont validé un cahier des charges permettant de sélectionner un prestataire pour réaliser cette étude.
Un Comité de pilotage composé de représentants de la Direction générale de l’EPTB, de la Préfecture de Police et de la DRIEE s'est réuni tout au long de l'étude pour orienter le travail du titulaire et valider les principales phases. Le suivi technique des différentes missions a été assuré par un Comité technique composé des représentants des membres du COPIL.

 

Planning: 

Cette étude a commencé au début de l'année 2016 et s'est achevée début 2018.

Partenaires mobilisés: 

Financiers : Etat et région Ile-de-France

Description de l’action: 

Etablissement du diagnostic de la culture du risque

Le diagnostic de la phase 1 a permis de confirmer et de préciser en quoi la culture du risque inondation telle qu’elle existe en Île-de-France aujourd’hui est insuffisante au regard des enjeux extrêmement importants des inondations sur ce territoire.
Mais cette étude a également mis en évidence un certain nombre de facteurs ou conditions favorables sur lesquels les stratégies pourront s’appuyer. Il s’agit tout d’abord des 2 crues récentes qui ont, d’une manière ou d’une autre, marqué les esprits et, de fait, créé un effet de résonnance particulier pour les actions de sensibilisation à venir.

Cet effet sera fugace si on ne « profite » pas de cette période pour ancrer des messages sur l’inéluctabilité des crues, la responsabilité de tous dans la gestion de ces crises, ...

Sur le plan de la gestion du risque inondation, s’opère un changement de paradigme depuis plusieurs années : basée sur la gestion très centralisée et orientée sur la maîtrise de l’aléa, la politique publique en la matière intègre maintenant la réduction de la vulnérabilité des enjeux et le partage des responsabilités entre tous. Ce changement sociétal se diffuse progressivement parmi les parties prenantes (avec un niveau d’acceptation et de mise en œuvre encore hétérogène et globalement limité).

Ce changement de paradigme s’accompagne d’une ouverture aux sciences sociales de la thématique des inondations, qui apportent des éclairages essentiels à la réussite des actions de sensibilisation. Cette évolution entraîne aussi des dispositifs, des actions novatrices, et réussies à l’image d’EU Sequana (2016), et des premières actions de sensibilisation développées dans le PAPI et la SLGRI (création d’un comité de sensibilisation).


Les parties prenantes évoluent : les acteurs de la communication sont de plus en plus diversifiés, à l’image des cibles ; les outils développés tendent à favoriser davantage de participation de la société civile ; les élus, moins isolés, subissent également moins de pression (ou plutôt des attentes différentes) sur leur gestion des inondations ; des relais, maillons indispensables pour le développement pérenne de la culture du risque inondation, existent au sein des différents groupes sociaux.

Ces éléments favorables ne doivent pas faire oublier que le chemin est encore long pour ce territoire où vivent 12 millions de personnes, mais constituent autant de signes encourageants pour les acteurs qui devront déployer des efforts considérables en matière de sensibilisation au risque inondation.

 

 

 

Recommandations: 

Etablissement d'une stratégie de sensibilisation

Les objectifs de cette stratégie visent à développer la culture du risque inondation à l‘échelle de la région Ile-de-France afin de permettre notamment l'appropriation du risque et la modification des comportements avant pendant et après la crise.
A cette fin, cette stratégie préconise la mise en oeuvre d’actions de sensibilisation systématisées, récurrentes et pérennes menées dans la proximité et portées localement. Cela nécessite de disposer d’un réseau d’acteurs de proximité qui seront en mesure :

  • de sensibiliser leur entourage - d’activité, de responsabilité et / ou de vie…;
  • d’adapter cette sensibilisation au contexte local  (spécificité des territoires, particularisme de l’exposition au risque, nature des impacts...);

Ces acteurs devront être formés au risque inondation et mis en capacité de sensibiliser leur entourage, selon des modalités pédagogiques spécifiques étayées par :

  • l’identification des phénomènes psychosociologiques de méconnaissance et de déni du risque ;
  • les recommandations des nombreux acteurs et intervenants;
  • les conseils des relais / experts en matière de pédagogie;
  • le benchmarking sur des opérations proches concernant des problématiques similaires.

Ces acteurs de proximité devront être soutenus par des outils adaptés au contexte spécifique de leur territoire / environnement et dont l’efficience opérationnelle aura été validée.


L’atteinte d’objectifs aussi ambitieux impliquera de travailler dans la durée, pour les 10 prochaines années, dans le cadre du PAPI en cours et des suivants.


L’ampleur du territoire du PAPI francilien nécessitera de constituer un réseau d’intervenant important et structuré. A cet égard, l'objectif est de disposer à échéance de 10 ans d'un réseau se comptant en milliers de relais.  

 

Date création: 
Mardi, décembre 6, 2016
Date de publication: 
Mardi, décembre 6, 2016
Date de mise à jour: 
Mardi, décembre 6, 2016
Organisme(s) pilote(s): 
Nom de/des organisme(s) pilote(s): 
EPTB Seine Grands Lacs
Adresse de l'organisme: 
12 rue villiot, 75012 Paris
Téléphone: 
01 44 75 29 29
Site web: 
Libellé: 
seinegrandslacs.fr
lien: 
http://seinegrandslacs.fr/
Image principale: 
Shéma connaissance conscience adhésion action
Référent: 
Nom référent: 
Yann RAGUENES
Téléphone référent: 
01 44 75 29 16
Nom référent: 
Marion CAUVIN
Téléphone référent: 
01 44 75 29 23
Localisation: 
POINT (2.374818 48.841472)
Année principale de réalisation: 
2017
Afficher sur la carte globale: 
Catégorie: 
Résumé: 

Cette étude a été élaborée entre 2016 et 2018 à l'échelle de l'Ile-de-France en vue d'évaluer l'état de la culture du risque. Les sciences sociales ont été largement mises à contribution : La première phase propose un état des lieux et s'appuie sur une série d'interviews, de focus groupe et un sondage quantitatif. La seconde phase comprend une série de préconisations pour la mise en œuvre des démarches de sensibilisation des franciliens. La démarche globale EPISEINE est issue de ces constats et de ces préconisations.

Auteur: 
Documents: 
CCTP étude culture du risque
Résumé de la phase 1 diagnostic 2018
Résumé de la phase 2 stratégie 2018