Modernisation de la vanne-secteur de St-Maur-des-Fossés - Joinville-le-Pont

tout public
Référent(s)
Mélinda TELLIER
Organisme(s) Pilote(s)
Conseil départemental du Val-de-Marne
Retour d'expérience
Vanne secteur de St Maur - Joinville ©Michael Lumbroso

Contexte et objectif

La Vanne-Secteur est un ouvrage construit en 1933 et implanté entre les deux portes de l’écluse de Saint-Maur, gérée par Voies Navigables de France (VNF).

Cette vanne a pour fonction de permettre de by-passer une partie des débits de crue de la Marne, via le tunnel de navigation. En abaissant significativement la ligne d’eau, cet ouvrage permet de protéger des riverains habitant en zone inondable en amont de l’ouvrage.

Ce dispositif vient utilement compléter le dispositif de protection locale assurée par les murettes anti-crue.

Depuis sa construction, et jusqu’en 2000, l’aménagement a été utilisé régulièrement. La vanne n’a plus été utilisée depuis, en raison de sa vétusté.

Méthodologie

La vanne secteur est couchée en période normale de navigation. Une fois les Plus Hautes Eaux Navigables Atteintes (PHEN), la vanne est relevée à son maximum, puis les portes de l’écluse sont ouvertes et enfin la vanne est abaissée progressivement pour laisser passer une partie du débit de crue de la Marne.

L’utilisation de la dérivation de St-Maur comme décharge hydraulique permet de diminuer les niveaux atteints en crue dans la boucle et en amont.

Pour plus d’informations, voir : https://www.valdemarne.fr/vivre-en-val-de-marne/informations/une-nouvelle-vanne-anti-crue-pour-lecluse-de-joinville/saint-maur

    Description de l’action

    Le Département du Val-de-Marne a décidé de porter la maîtrise d’ouvrage relative à la remise en service de cette vanne située dans l’enceinte de l’écluse de VNF et a conduit les études nécessaires pour valider l’intérêt technico-économique de ces travaux en tenant compte des ouvrages réalisés depuis les années 1930 (murettes anti-crues et barrages réservoir de l’amont) et pour adapter la consigne de fonctionnement dans ce nouveau contexte.

    Un projet en deux phases :

    • Dépose de l’ancienne vanne (2015)
    • Construction et pose de la nouvelle vanne (2017)

    Moyens

    Plan de financement du projet : coût total de l’action :

    • 3,1 Millions d’euros HT Fonds Barnier à hauteur de 50 % (1,5 M€)
    • Participations départementales (VDM : 25% = 750 000 €)
    • Participations communales : environ 500 000 €
    • Participation de la Métropole du Grand Paris : 250 000 € HT
    • Ports de Paris : 100 000 €HT

    Évaluation

    Une analyse Coût-Bénéfice positive

    • Sur le plan hydraulique, et bien que la vanne n’empêche pas les débordements, elle permet :
      • Un abaissement de 50 à 60 cm pour des crues de type 1955 ou 1910 avec un impact centimétrique maximal sur l’amont de la vanne ;
      • Des gains importants même pour les crues intermédiaires.
    • Sur le plan économique, elle permet :
      • Une économie 9,1 M€ sur 50 ans sur les seuls dégâts aux logements.
      • Tenant compte des autres dégâts (économie, équipements publics), les gains sont deux fois plus importants.
    Abaissement du niveau d'eau pour une crue type 1910
    Abaissement du niveau d'eau pour une crue type 1910
     

    Une vanne-secteur aujourd’hui opérationnelle
    Suite à la réhabilitation de la vanne et à la réception des travaux intervenue fin janvier 2018, la vanne est désormais opérationnelle. Les agents de Voies Navigables de France, gestionnaire de cet ouvrage, ont été formés entre janvier et avril 2018. Une convention bipartite a été signée le 18 juin 2018 entre le Département, propriétaire de cet ouvrage et VNF. Cette convention précise les modalités de gestion de l’ouvrage et les responsabilités de chacune des parties prenantes.

    Retours d'expériences similaires