Exercice EU SEQUANA 2016

2016
Référent(s)
Organisme(s) Pilote(s)
Secrétariat Général de Zone de Défense et de Sécurité de Paris - Préfecture de Police de Paris
Retour d'expérience

Exercice EU SEQUANA 2016

EU SEQUANA

Contexte et objectif

Le principal risque naturel susceptible d’affecter l’Ile-de-France est celui d’une crue. Il est assuré qu'un jour la Seine débordera de son lit, comme ce fut le cas en 1910. La gestion de cet événement nécessitera l'engagement de moyens de grande envergure. Une crue majeure est difficilement prévisible. Devant un phénomène apparemment peu menaçant, tout l'enjeu est de maintenir pouvoirs publics, opérateurs et citoyens en veille, prêts à y faire face. Une crue centennale de la Seine (une chance sur 100 de se produire chaque année), selon une récente étude de l'OCDE, causerait plus de 30 milliards d'euros de dommages matériels et aurait un impact sur la vie quotidienne de l'ensemble des franciliens.
Au delà de la question des moyens de sécurité civile qui seront déployés au moment où la crue surviendra, il s'agit également de préparer au mieux l'avant-crue (quelle planification ? quelle sensibilisation ?) et l'après crue (reprise de la vie économique, retour dans les lieux de vie, réhabilitation des réseaux).
Enfin, en application de la loi de modernisation de la Sécurité Civile de 2004 et du Code de la Défense (art L 1324-1 et R 1324-1), l’entraînement à la gestion de crise est devenu une obligation.

L’objectif premier d'EU Sequana 2016 était de tester la coordination des acteurs de la gestion de crise. La chaîne de la prise de décision a également été testée dans son ensemble et des moyens ont été déployés sur le terrain. Tous les niveaux de prise de décision ont été sollicités :

  • L’Union européenne  via son Mécanisme Européen de Protection Civile (ERCC),
  • Au niveau national le Centre Interministériel de Crise  (CIC), outil de gestion interministérielle des crises, placé sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur, et le Centre Opérationnel de Gestion Interministérielle des Crises (COGIC) de la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion de Crises (DGSCGC),
  • Au niveau zonal, régional, et départemental l'ensemble des services de l’État, dont les préfectures  concernées par le risque inondation qui activeront leur Centre Opérationnel Départemental (COD),
  • Les Collectivités territoriales, et notamment les communes, ces dernières constituant le premier niveau (réponse immédiate) de gestion de crise,
  • Et de nombreux  partenaires, établissements publics et privés, qui souhaitent tester leurs propres systèmes de prévention à cette occasion.

Le second objectif était de renforcer la connaissance des franciliens sur ce risque et améliorer leur préparation et leur résilience face à ce phénomène.

Méthodologie

Le scénario socle de l'exercice a été réalisé conjointement par la Zone de Défense et de Sécurité (bureau exercices) et l’INHESJ. L’INHESJ est un Établissement Public Administratif, sous tutelle du Premier Ministre, qui effectue des missions de formation et de recherche dans les domaines de la sécurité intérieure, sanitaire, environnementale et économique. L’une de ses missions est notamment de produire des scénarios d'exercices, notamment pour tester l’opérationnalité des zones de défense.
Différentes actions de communications ont également été prévues (outre l’animation du site internet dédié) : campagne de communication interne chez les 87 partenaires publics ou privés, campagne d’affichage dans les stations de métro et dans les bus, relais sur les réseaux sociaux, relais dans les médias de crise (France Bleu, France 3), site d’informations dans les communes volontaires et au Champs de Mars (13/03), …

Description de l’action

EU Sequana est constitué de deux phases :

  • Une phase d’exercices sur table testant les capacités des opérateurs publics et privés, et notamment leurs plans de continuité d’activité (PCA),
  • Une phase d’exercices terrains, pour lesquels interviendront plusieurs modules européens.

Durant toute la durée de l’exercice, les animateurs ont diffusé un certain nombre d’input (événements, documentation, bulletins météo) à partir desquels les partenaires ont dû réagir. Du 7 au 11 mars avait lieu la montée des eaux. Le pic de crue a été atteint le week end des 12 et 13 mars, qui correspondait aux exercices terrains. Puis la décrue s’est amorcée jusqu’au vendredi 18 mars.

Recommandations

Extrêmement mobilisateur et très médiatisé, cet événement a permis d’intensifier très largement la dynamique engagée en 2010 auprès des acteurs pour contribuer à la gestion de crise liée à une inondation majeure sur ce territoire, et ce à toutes les échelles (communale, départementale, régionale et zonale), et plus largement à la gestion de toute crise.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site de la Préfecture de Police de Paris.

Retours d'expériences similaires